Archives de
Catégorie : Non classé

Siem Reap

Siem Reap

Hanoi bof bof, Ho Chi Minh pas mal mais pas trop eu le temps de visiter, les deux principales villes du Viêt Nam ne resteront définitivement pas comme les moments les plus mémorables de notre voyage. En revanche, nous avons bien aimé Phnom Penh… et voilà que Siem Reap s’est révélée encore au-dessus ! Au Cambodge, nous n’aurons quasiment rien vu d’autre que ses deux plus grandes villes mais celles-ci se sont au moins largement révélées à la hauteur.

 

Rejoindre Siem Reap depuis Phnom Penh

 

Bus. Désolé de ne pas être original, mais comme toujours depuis le début de notre voyage, voici comment nous nous sommes déplacés (et c’est pas fini !). Après avoir dû payer un petit supplément (période de nouvel an oblige…), nous voilà à nouveau sur les routes pour la journée. Toute la journée. Départ à 9h, le bus est censé mettre entre 6 et 7h pour rallier Siem Reap. Dave, le gérant de l’hôtel à Siem Reap que nous avions cette fois réservé à l’avance (obligatoire en période de nouvel an !!) nous a gentiment informé qu’un Tuktuk nous attendrait à l’arrêt du bus pour nous déposer gratuitement à l’hôtel. Nous devions arriver entre 15 et 16h ; prévoyant et sachant qu’il y avait très peu de chances que nous arrivions à l’heure, je lui ai demandé que le chauffeur de tuktuk soit là à partir de 16h30. Précaution inutile, puisque le pauvre chauffeur devra quand même patienter durant 2h à la station de bus…

 

Non non non, pas de bouchons en cause cette fois-ci. Pas de départ en retard non plus. Simplement un gros « PAN » qui fit sursauter tout le monde dans le bus à une cinquantaine de km de Siem Reap. L’un des pneus arrière a explosé. Ce fut une sympathique expérience que de voir comment notre chauffeur s’est débrouillé pour trouver une roue de secours (évidemment il n’y en avait pas dans le bus) puis de le voir lui et son acolyte tenter de changer cette roue avec les pauvres moyens du bord. Je ne saurai exactement dire si leur manière de faire relevait d’un amateurisme profond ou d’un savoir-faire des plus artistiques mais une chose est certaine, il n’y avait là rien de conventionnel !

 

roue

 

Où dormir à Siem Reap ?

 

Lorsqu’il s’agit de choisir son logement ici, deux choix principaux s’offrent aux visiteurs : la rue touristique, si bien nommée « Pub Street », ou la proximité des temples d’Angkor. Évidemment, ce sont les deux options les plus chères donc à éviter pour les petits budgets.

 

Dans le dernier article je vous disais que nous avions eu toutes les peines du monde à trouver un ticket de bus car ceux-ci étaient tous pleins à cause du nouvel an, mais je ne vous ai pas parlé de l’hôtel. C’est simple, là encore nous n’en avons trouvé qu’un seul qui proposait un prix raisonnable pour un minimum de confort : le « Angkor Tropical Resort » pour une nuit à 15$. C’est un hôtel localisé un peu en dehors de la ville (c’est d’ailleurs là son gros point faible car il n’y a aucun moyen d’aller en ville excepté le tuktuk et à coup de 3$ par trajet ça devient vite cher !). En revanche, cet emplacement a l’avantage d’être au milieu d’habitations locales et permet d’avoir un bon aperçu du train de vie d’une famille cambodgienne. Il est aussi situé à moins de cinq minutes à pied d’un marché local (Phsa Leu) dont l’authenticité est intacte : pas un seul touriste à l’horizon, des prix dérisoires, des bêtes mortes exposées sans tabou, d’autres encore vivantes, des ruelles étroites mais qui n’empêchent pas piétons et scooters de cohabiter… Bref, tout ce qui fait le charme d’un marché asiatique ! Sinon l’hôtel est très bien, pas bien grand et situé dans un petit jardin tropical avec des chambres spacieuses qui mettent même une petite cuisine avec kitchenette à disposition. Nous y aurons séjourné durant 3 nuits, avant de nous diriger vers un autre établissement plus proche du centre.

 

Ce deuxième hôtel est tenu par un cambodgien qui a passé près de 30 ans en France et qui parle donc couramment le français. En hommage à ses années dans l’Hexagone, il a très sobrement nommé son établissement « Les Parigots ». A une dizaine de minutes à pied du centre-ville, l’emplacement de cet hôtel n’est certes pas parfait mais déjà bien meilleur que le précédent ! En période de fêtes et à ce prix-là, 15$ encore une fois, nous ne pouvions rêver mieux. De plus, la possibilité de louer des vélos à 1$ la journée au sein même de l’hôtel simplifie grandement les déplacements, tant dans la ville qu’en dehors.

 

Où manger à Siem Reap ?

 

Ou plûtot « où ne pas manger ? ». Évitez absolument Pub Street. Naturellement, les prix sont déjà gonflés à bloc par l’emplacement de ces restos, mais en plus la nourriture y est souvent moins bonne. Nous avons testé une fois juste pour l’ambiance de la rue (qui est quand même assez extraordinaire – j’y reviendrai plus bas) et effectivement, ce fut notre repas le plus décevant en plus d’être le deuxième plus cher de tout notre voyage. On mange déjà bien mieux et moins cher dans les restaurants qui sont situés dans les rues parallèles ou perpendiculaires, surtout le long de la route. Ils se succèdent presque l’un après l’autre et on n’a que l’embarras du choix ! Western Food ou un petit Amok dans un restaurant de rue local, on trouve de tout sur cette route.

 

Que peut-on y faire ?

 

Siem Reap est mondialement connue pour la beauté des temples d’Angkor qui se trouvent à quelques km de la ville. C’est bien évidemment LE truc à ne pas manquer dans cette ville, mais celle-ci offre aussi plein d’autres opportunités : tours à vélo en dehors de la ville, visite du lac Tonlé Sap et de ses villages flottants, musées, marchés… Sans compter que nous y étions pendant le nouvel an Khmer, donc fête à n’en pas finir !

 

Nous pensions initialement rester environ 5 jours dans cette ville, pour faire un peu toutes les activités énumérées ci-dessus en plus des 3 jours à Angkor. Finalement, nous y sommes restés 7 jours. Et nous n’avons presque rien fait de tout cela. Clémentine étant tombée malade par deux fois, nous nous sommes contentés de voir la ville et les temples. Un peu dommage pour le lac et ses villages qui sont sûrement des must see, mais rien d’insurmontable à part ça !

 

L’incontournable Pub Street

 

Lorsque nous nous sommes rendus au centre-ville pour la première fois, nous avons tout d’abord trouvé très sympa tout ce monde qui se pavanait dans les rues en début de soirée. Puis on a vu un grand écriteau lumineux qui indiquait la direction de la fameuse « Pub Street » et nous nous y sommes dirigés… Nous avons découvert une rue lumineuse où les restaurants et bars se succèdent dans un décor somme toute très sympa. Sauf qu’il y avait du monde. BEAUCOUP de monde. Jamais je n’ai vu ça. La rue n’est pas bien longue, et au carrefour opposé était montée une scène sur laquelle la Nicki Minaj locale et son groupe de danseuses se produisaient. Devant la scène, la foule. Jusqu’à l’autre côté de la rue, où nous nous trouvions. C’était littéralement impossible d’accéder aux restaurants de la rue tellement il y avait de monde en ce premier soir de nouvel an !

 

Pub street

 

On y aura fait 5 minutes avant d’aller voir ailleurs. C’était juste « too much ». L’ambiance était chouette, mais nous étions morts de faim et là, pas possible de manger. En revanche, nous aurons pu vérifier quelques jours plus tard que cette rue reste très agréable en dehors des jours de fête, bien que toujours très largement fréquentée par les touristes tout au long de l’année.

 

Le marché de Phsa Leu et les contours de la ville

 

Dans le centre-ville de Siem Reap, nous avons eu à faire à la plus grande concentration de touristes depuis le début de notre voyage. Mais dès qu’on sort un peu des quartiers qui entourent Pub Street, on se retrouve rapidement immergé dans la vie quotidienne des locaux. Ainsi, notre premier hôtel était situé au milieu d’un quartier d’habitations et l’on pouvait vraiment se rendre compte du train de vie des locaux à peine sortis de l’hôtel. Au bord de la grande route, les petites gargotes se suivent et les cambodgiens semblent se réunir ici en masse autour d’un bon poulet grillé, pour jouer ou simplement parler.

 

Joueurs cartes marché

 

Lorsque Clémentine s’est sentie affaiblie pour la première fois, je l’ai lâchement abandonnée durant quelques heures pour faire un petit tour de ce quartier et me promener dans le marché qui s’y trouvait. C’est durant cette petite escapade en solitaire que j’ai pu jouer ou essayer de communiquer avec plusieurs groupes d’enfants, un grand moment pour moi ! Le marché de Phsa Leu n’a rien du piège à touriste et il n’y aucune chance pour trouver ici des iPhone 6 (qu’ils soient fake ou pas) ou des « selfie-sticks » à prix cassés. Du poulet, du cochon, du poisson… exposés à la fois vivants et morts. Rajoutons encore des légumes et quelques stands d’habits. Du coup, je n’ai rien acheté, mais j’ai adoré me promener dans cette petite rue étroite et simplement contempler cette scène du marché asiatique typique.

 

Marché Psah lah

 

Visiter les temples d’Angkor

 

Ah ben oui, obligé ! Tout comme personne ne va à Paris pour la première fois sans voir la tour Eiffel ou à Denens (là où j’habite) sans voir les épouvantails (…), les temples d’Angkor sont LE must-see ultime de Siem Reap et même de tout le Cambodge. Mais puisque c’est extrêmement grand et que nous y avons consacré 3 jours, le récit de notre visite là-bas sera rédigé dans un prochain article 🙂

 

Voilà en gros ce que nous avons vu de Siem Reap. Comme je le disais auparavant, il existe bien d’autres activités à faire ici mais voilà, faute de circonstances à notre avantage ce sera sans nous pour cette fois. Tant pis, on a quand même bien profité de notre petit séjour 🙂

 

Prix et infos pratiques

 

Hôtels

Angkor Tropical Resort : 15$

Les Parigots : 15$

 

Transports

Bus de Phnom Penh à Siem Reap pour 2 : 24$