Archives de
Catégorie : Préparatifs

Le contenu de nos sacs

Le contenu de nos sacs

Voilà un article que je voulais rédiger depuis bien longtemps !

 

Avec Clémentine, nous avons donc chacun quitté notre travail il y a de cela presque un mois pour nous consacrer corps et âme à la préparation de notre future expédition (bah oui, faut bien donner une petite dimension épique à la longue phase pré-voyage !). Pour beaucoup, un mois de congé cela peut sembler énorme mais je peux vous assurer que nous ne nous sommes pas ennuyés un seul jour depuis cette date. Entre le temps passé à préparer un peu l’itinéraire de chaque pays, faire nos derniers achats (entre électronique, gadgets et médicaments, l’addition monte rapidement), souffrir le martyr lors de rendez-vous vaccins ou régler les derniers points administratifs (assurances, papiers, visas), le temps passe plus vite qu’on ne le pense !

 

 

Bon d’accord on va arrêter de se mentir, nous n’avons pas non plus alloué chaque minute de ce mois de mars à la préparation de notre voyage… Des grasses matinées au point de penser que se lever à 9h c’est tôt ; des visites d’adieux bien sûr, à la famille et aux amis pour des au revoir toujours plus déchirants les uns que les autres (…) ; mais aussi du sport quotidien (et pas seulement pour s’entraîner à porter nos sacs à dos !), des gros travaux/rangements qui attendaient depuis longtemps et toute autre activité de vrai vacancier (et ça, avec le soleil de ces dernières semaines, c’était top).

 

En somme, un quotidien bien chargé et qui fait du bien !

 

Mais toutes les bonnes choses ont une fin… et parfois la suite est encore meilleure ! Dans moins 48 heures, nous serons à l’aéroport de Zürich et nous verrons – enfin – le fameux Airbus A380 qui nous accueillera à son bord. Dans moins 24heures, nous quitterons nos maisons de toujours et ferons nos adieux à nos soeurs, frères et parents. Nous irons passer notre dernière nuit helvétique chez des amis non loin de Zürich histoire de s’approcher un peu de notre lieu de départ – d’avance merci à eux de nous accueillir et d’écourter notre si long trajet jusqu’à Hanoi :D!

 

Mais bref, tout ce blabla n’est pas la raison pour laquelle je voulais rédiger cet article. Comme beaucoup de blogs voyage, nous aussi nous tenions à partager avec vous, lecteurs, les affaires qui nous permettront de survivre durant les mois à venir.

 

Nous avons décidé de prendre trois catégories d’affaires différentes. En premier lieu, nous vous parlerons de tout ce qui touche à l’électronique. Nous aimons être connectés et je crois que vous pourrez le constater en voyant tout ce que nous comptons emporter avec nous… Ensuite, nous vous exposerons toutes nos affaires de type « utilitaire » et nous finirons par détailler les habits que nous emportons.

 


 

  • L’électronique

Photos affaires1 – Une GoPro Hero3 Black et quelques accessoires

  • Un serre-tête
  • Une perche télescopique
  • Un harnais de poitrine
  • Un flotteur

2 – Une SurfacePro pour Sacha

3 – Un chronomètre (initialement nous pensions tenir une rubrique avec tout un tas de statistiques sérieuses ou loufoques mais cette idée ne verra peut-être pas le jour… Mais bon, un chrono ça peut toujours servir.)

4 – Un podomètre, également pour les statistiques (sauf que cette stat reste bien plus facile à tenir à jour !)

5 – Un Lenovo Yoga 2 pour Clémentine

6 – Un adaptateur (il y en aura un 2ème)

7 – Une multiprise

8 – Notre appareil photo Samsung NX300 avec les 2 objectifs suivants

  • 18-55 mm
  • 50-200 mm

9 – Une batterie externe Mr Handsfree de 15’600 mAh pouvant charger 2 appareils simultanément

10 – Une 2ème batterie externe, plus petite et avec une capacité de 5’200 mAh

11 – Un iPad

12 – Un clavier Logitech Bluetooth pour l’iPad

13 – Un Kindle

14 – Une imprimante portable sans encre qui nous permettra de tenir un petit journal de bord écrit à la main

15 – Un disque dur externe

 

Sur la photo il manque encore un trépied, prêté par mon père, grand amateur de photo, que nous n’avions pas encore en notre possession au moment de faire ces clichés. Certains diront (à raison) que tout ce matériel ça fait beaucoup mais nous sommes bien conscients que certains gadgets peuvent paraître superflus (le clavier pour l’iPad, l’imprimante, deux batteries externes…). C’est juste qu’on aime ça, les gadgets 🙂

A noter que nous emportons un ordinateur chacun car nous comptons alimenter le blog. Sans cela, un seul, ou même l’iPad, aurait largement été suffisant. De plus, la SurfacePro est également un prêt de mon papa et n’était absolument pas prévue au départ, ce qui explique le clavier Bluetooth et dans une moindre mesure l’iPad qui devaient me servir d’outils pour écrire sur le blog. Dès lors, ces deux objets paraissent presque obsolètes.

 


 

  • Utilitaires

Photos affaires2

A – 2 x sacs de couchage / Avec un côté droit et un gauche pour les fixer entre eux. De cette manière on pourra se tenir chaud en cas de grand froid imprévu !

B – 2 x housses de sac à dos / Pour protéger nos beaux sacs lors de transports en soute que ce soit en avion ou en bus. Peut également servir de fourre-tout

C – Un petit sac à dos pliable très pratique et facile à ranger

D – Un coussin rembourré pou Sacha. Prend de la place mais multi-usage et très confortable

E – Un coussin gonflable pour Clémentine qui préférait avoir quelque chose de plus petit et qui soit plus un « vrai » coussin

F – 2 x bananes discrètes qui peuvent se porter sous un t-shirt

G – Trois paires de chaussures pour clémentine

  • Une paire de tongs
  • Une paire de chaussures légères Skechers
  • Une paire de chaussures de randonnée hautes et imperméables Quechua

H – 2 x serviettes en microfibres 75×150 cm

I – 2 x lavettes en microfibres 30×60 cm

J – Un sac pliable d’une capacité de 25 litres, parfait pour emporter avec soi dans l’avion. Nous en avons même acheté deux mais un seul suffira

K – Une gourde avec filtre en cas d’urgence si nous devons vraiment boire de l’eau naturelle sans pouvoir la chauffer au préalable. Nous n’avons pas testé son efficacité mais bon, une gourde ça peut toujours être utile !

L – Un autre coussin gonflable pour Clémentine, celui-ci pour soulager la nuque lors de longs voyages en avion ou bus

M – Deux petits porte-monnaies bien pratiques sans pour autant être spéciaux

N – Un porte-documents pour nos billets d’avion, passeports ou autres

O – Deux paires de chaussures pour Sacha – vous excuserez l’absence de tongs oubliées chez moi lorsque nous avons fait les photos chez Clémentine…

  • Une paire de chaussures de randonnée basses et imperméables Quechua
  • Une paire de chaussures légères Adidas

P – 2 x casquettes fine et légère

Q – 2 x lampes frontale

R – 6 mètres de corde à linge pour faire sécher nos vêtements

S – Un masque pour faire croire à nos yeux qu’il est 3h du matin

T – 2 x couteaux suisses, tellement utiles et obligatoires pour afficher aux yeux de tous ce fleuron de notre nation

U – Deux gadgets bien sympa pour accentuer l’esprit Wildlife de notre aventure (vous allez finir par y croire !)

  • Un petit bloc de silex pour permettre de démarrer un feu en milieu hostile
  • Un sifflet ultra-puissant pour faire fuir d’éventuels agresseurs

V – 2 x petits cadenas pour décourager les voleurs amateurs d’accéder à notre précieux chargement

 


 

  • Les habits (pas de photo ici, non pas que nous ayons honte de vous montrer nos sous-vêtements mais nous avons simplement jugé qu’une photo n’apporterait rien à une liste détaillée)
    • 4-5 t-shirts/marcels/tops
    • 5 paires de chaussettes
    • 5 sous-vêtements
    • 2 pantalons (dont 1 qui peut se raccourcir en short)
    • 1 short (2 avec celui du pantalon)
    • 1 maillot de bain
    • Une robe pour Clémentine
    • Une chemise pour Sacha
    • Un pull
    • Un ciré

 

Et voilà, notre dernier article sur les préparatifs touche à sa fin… Dès demain nous pourrons enfin commencer à alimenter la partie Voyages de ce blog :D.

Pour l’heure, il est temps pour nous de vivre notre dernière journée chez nous et de dire au revoir à chaque personne, animal, plante ou meuble du cocon familial !

 

A très vite !

J-13… Que nous reste-t-il à faire ?

J-13… Que nous reste-t-il à faire ?

Et oui, le départ se rapproche dangereusement… C’est donc le moment de faire le point sur ce qu’il nous reste à faire.

Tout d’abord, on la met où notre tuture ?! On a plusieurs possibilités mais on attend encore des réponses. C’est seulement à ce moment là qu’on saura si on doit acheter une bâche pour l’extérieur, ou pas.

Ensuite, quelques trucs administratifs comme faire des procurations pour nos comptes en banque, histoire que, si jamais, quelqu’un d’autre puisse s’en occuper ou bloquer une carte.

Il y a aussi les abonnements de nos téléphones portables que l’on doit suspendre provisoirement afin de prendre une carte prepaid pour les 2 mois en Asie. (En Australie on prendra aussi un système de prepaid mais sur place.)

Pour ma part, je dois encore passer dans le bureau de ma commune afin d’enlever mes papiers et prendre le statut de « Globetrotter ». (Mais… Elle parle de quoi là ?). J’ai récemment découvert, grâce au super blog de Novo-Monde, qu’en Suisse, il était possible d’enlever ses papiers tout en gardant une adresse postale et en continuant de cotiser à l’AVS. Vous devez sûrement vous demander pour quelle raison faire ça ? Et bien c’est pour ne pas payer la LaMal ! Notre chère assurance maladie obligatoire. Car dans mon cas, ni la base, ni la complémentaire ne m’offrent de prestations dans le monde entier, à part le rapatriement du corps… Je devrais donc faire un max d’économie. Imaginez donc ma tête quand j’ai appris qu’il était possible de faire ça… Bien entendu, j’ai pris une assurance maladie complémentaire qui me couvre dans le monde entier.

Depuis quelques jours, Sacha et moi, on se pose une question. Sachant qu’en tout 60 jours sont prévus pour faire 6 pays, on se demande si on devrait pas en éliminer un… Pourquoi ? Pour avoir plus de flexibilité si par exemple un endroit nous plait particulièrement et qu’on veut y rester plus longtemps ou encore pour ne pas avoir à prévoir tous les jours un programme qu’on devrait a-b-s-o-l-u-m-e-n-t tenir et surtout pour ne pas « bâcler » un pays et voir moins que ce que l’on voudrait (même si ça risque d’arriver partout…). Et oui, on a pas trop envie de se stresser… On avait donc, peut être, pensé à supprimer la Malaisie pour ce voyage. Pourquoi la Malaisie ? Parce que c’est le pays qu’on a le moins regardé étant presque à la fin de notre périple. Bien sûr, on compte bien le voir un jour ! On ferait donc Vietnam, Cambodge, Thaïlande, Singapour et Bali. Qu’en pensez-vous ?

Je dois avouer que plus la date approche, plus je « flippe » un peu. Enfin, j’appréhende plutôt parce que ça va être tellement… Différent ! J’ai jamais fait ça et à vrai dire je pensais pas le faire aussi tôt. Il y a toujours des questions qu’on se pose qui font un peu peur comme, « Est-ce que j’aurai assez d’argent? », « est-ce que tout va bien se passer? », « est-ce que je vais tomber malade ou avoir un problème grave? » . Surtout quand je vois tous les médicaments que j’ai acheté l’autre jour… Je crois que mon côté « trop prévoyante » a pris le dessus vu la tête que Sacha a tiré quand j’ai tout sorti du sachet en plastique. Comme je dis souvent, « on sait jamais »…  La seule chose à faire c’est de ne pas y penser parce que oui, des choses horribles arrivent mais on ne peut de toute façon pas les prévoir donc autant ne pas se rendre parano !

Bien entendu, je sens aussi clairement de l’excitation. Les voyages m’ont toujours intéressés et il y a tellement de choses à voir et à découvrir… Ca serait du gâchis que de s’enfermer dans son petit pays et de ne pas en sortir. J’attends donc énormément de ces futures aventures et je suis vraiment heureuse de ne pas les faire seule parce que j’ai vraiment besoin de partager les choses que je découvre.

A tout bientôt 🙂

L’élu des sacs à dos

L’élu des sacs à dos

Avant de fouler les terres asiatiques, avant de partir à l’exploration du sol australien, avant toute cette aventure de 7 mois loin de chez nous, un tout autre défi, totalement nouveau pour nous, se dressait devant notre route : mettre l’entièreté de nos affaires dans un sac à dos.

 

Car initialement, nous envisagions de partir avec une valise chacun en plus de notre bagage à main respectif. En mode touriste classique. Pour marcher à l’autre bout du monde durant plusieurs mois.

 

Puis, on nous a gentiment expliqué à l’unanimité qu’il s’agissait là d’une énorme bêtise. Et nous en avons pris conscience assez rapidement. Chaque recoin de chaque pays asiatique n’étant pas forcément jonché de belles routes goudronnées comme nous avons l’habitude d’en voir par chez nous et, en Australie, nous avons eu vent que certaines régions à explorer n’étaient même pas dotées de route.

 

Bref, du coup, sac à dos.

 

Dès cette décision prise, nous avons pu faire une croix sur le shopping à gogo dans ces paradis de l’achat à bas prix que sont le Viêt Nam, la Thaïlande… Exit également les valises débordants de vêtements ou chaussures que nous n’aurions portés qu’une fois. Et que dire des produits de beauté, maquillage et autres vernis ? Imaginez un peu le choc émotionnel pour Clémentine lorsqu’elle a pris conscience qu’elle ne pourra pas emporter ses vingt-trois robes de soirée ou ses douze paires de chaussures à talon, ou encore que la trousse de toilette qu’elle emportera avec elle sera – au minimum – trois à quatre fois plus petite que ce qu’elle avait l’habitude d’emporter.

 

Bon, pour être honnête, je profite de ce bon vieux cliché de la femme féminine dépourvue de tous ses accessoires mais je suis moi-même tout autant touché que Clémentine par ces restrictions « bagageaires ». 🙂

 

Donc voilà où nous en étions : il nous fallait des sacs à dos. Et des gros. Et des bons ! Ici en Suisse, le sac que je voulais coûte 340 francs suisses (ce qui correspond depuis peu à environ 340 euros). C’est à ce moment là que la maman de Clémentine a eu l’excellente idée (ndlr : non, ceci n’est pas une tentative de gagner des points auprès de ma belle-mère) de nous suggérer de nous rendre dans un Decathlon de France voisine.

 

Dès le weekend arrivé, nous sommes donc partis en escapade en direction du Decathlon le plus proche de chez nous. Je vous disais plus haut que le sac que je désirais acheter en Suisse, un Deuter, coûte chez nous la modique somme de 340 euros. Chez Decathlon, le modèle équivalent de Quechua est vendu près de trois fois moins cher !

 

Nous avons donc acheté deux Quechua Symbium Access 70+10l pour 120 euros l’unité. Ils sont énormes. Le plus gros modèle du magasin en fait. Ils seront donc lourds et peu pratiques comparé à d’autres sacs. Les PVTistes qui liront ces lignes sauteront probablement au plafond mais, pour nous qui avons toujours voyagé munis de nos grosses valises, nous pensons qu’ils feront très bien l’affaire.

 

Bon, il faut avouer que nous avons également profité de cette petite virée au Decathlon du coin pour faire le plein de petites broutilles super utiles. Partis à la base pour acheter seulement 2 sac à dos, nous nous sommes finalement arrêtés un peu partout dans le magasin pour prendre divers pulls, gants, sacs de couchage, et tout plein d’autres babioles ! Montant de la note finale : 450 euros. Pour des produits de marque (Decathlon étant un peu la Mecque de Quechua), nous nous en tirons à très bon prix ! Nous y retournerons d’ailleurs ces prochains jours pour compléter un peu notre package de voyage (il manque encore des chaussures, housses de sac à dos, chargeur externe, etc.).

 

Mais revenons-en au sac ! Celui-ci, en plus d’avoir une grande contenance et de proposer un prix très attractif, possède bien évidemment d’autres atouts qui nous ont poussé à l’acheter.

  • Tout d’abord, le confort. Parmi tous les sacs que nous avons essayé, c’est celui que nous préférions – aussi pour Clémentine malgré qu’il s’agisse d’un modèle pour hommes (le modèle identique pour femme lui convenait même moins)
  • La position et la stabilité du sac. Il nous paraissait incroyablement léger même lorsque nous l’avons lesté
  • L’accessibilité des différents compartiments et la séparation de ceux-ci
  • La housse de pluie intégrée au sac, très utile !
  • Le nombre de poches un peu partout, j’ai toujours adoré ça même si ça fait un peu gadget
  • Le fait de pouvoir « ramener » une partie du sac à l’avant (voir photos ci-dessous), ce qui permet de mieux répartir la charge et d’avoir un accès très rapide à certaines choses
  • Le « + 10l » qui permet, selon le point de vue, d’agrandir le sac ou au contraire le rendre plus petit
  • La marque Quechua qui donne tout de même une certaine garantie

Comme vous pouvez le voir, nous sommes pour l’instant très fiers de notre achat ! Les expériences à venir nous diront si nous avons eu raison ou si nous nous sommes royalement plantés 🙂

 

À très vite

 

Y aura-t-il un pilote dans l’avion ?

Y aura-t-il un pilote dans l’avion ?

Et voilà, cette fois c’est irréversible : il n’y a plus aucune place au doute quant à notre départ ! Nos billets d’avion sont enfin Booked & paid et notre impatience n’en est que décuplée à présent. 😀

 

Mais, pour commencer, parlons de choses qui fâchent : les prix. Car ces petits tickets destination bout du monde coûtent tout de même bonbon ! 2’700 francs suisses par personne, soit un peu plus de 2’000 euros, voilà ce qu’il nous a fallu sortir de notre poche pour nous permettre ces « vacances ». Bon, nous estimons quand même que nous nous en sommes plutôt bien tirés. À un peu plus de deux mois du grand départ et en sachant qu’un aller-retour pour l’Australie coûte déjà près de 2’000 euros, je pense que nous pouvons nous estimer heureux…

 

Ces billets, nous les avons donc réservés via une agence spécialisée. Ce moyen n’est probablement pas le plus économique (quoique…) mais je pense que nous avons très largement rentabilisé les services que proposent cette entreprise… Car avec nos dizaines de modifications/réajustements – que ce soit pour changer la date d’un vol, d’une destination, l’ordre des escales, et même notre souhait un peu bizarre de voler au moins une fois avec un A380… –, le temps qu’ils ont dû investir pour satisfaire nos souhaits nous a certainement permis de ne pas être perdants dans l’histoire !

 

MailsVols2

Apercu de la correspondance e-mail avec l'agence...

 

Et puis bon, comme ça au moins, nous avons un programme fiable et bien établi 🙂

 

D’ailleurs, en parlant de programme, le voici :

 

Tableau vols

 

Au total, cela revient à une distance cumulée de 30’000 km en avion. Soit plus de 100 fois le trajet de Lyon à Marseille ou tout simplement ¾ du périmètre de la Terre !

 

Bref, le voyage se précise de jour en jour au fur et à mesure que croît notre excitation ! Nous devons encore définir clairement les endroits que nous aimerions visiter en Asie, avoir une idée plus aboutie de notre trajectoire, finaliser et optimiser les affaires que nous emporterons avec nous… ça, c’est pour le côté « fun » qui concerne l’avant-voyage. Et à côté de ça, il reste encore tout le côté « administratif » et chiant, à savoir les passeports, visas, vaccins… Mais ça en vaut la peine !

 

D’ailleurs, le prochain article concernera certainement notre sac à dos et tout ce que nous y fourrerons !

 

À bientôt ! 😀

Nos destinations : there we go !

Nos destinations : there we go !

Bonjour à toutes et à tous !

 

Nous espérons que vous avez dignement franchi le cap de cette nouvelle année ! Pour notre part en tout cas, c’est fait ! Surtout que ces prochains mois s’annoncent particulièrement excitants ! 😀

 

Et pour se mettre dans le bain, voici sans plus attendre un article concernant toutes les escales que nous avons prévues lors de notre futur voyage !

 

Mais avant cela, quelles sont les raisons qui nous ont poussé à partir là-bas et pas ailleurs ? Les destinations de rêve ne manquent pas dans le monde, alors pourquoi cette région éloignée !?

 

Cette décision a été influencée par plusieurs facteurs… Le premier étant la langue ! A l’origine, si nous voulions prendre quelques mois de « vacances » ce n’était pas pour voyager, mais pour apprendre l’anglais. L’idée (et l’opportunité) de faire tout un voyage autour de cet apprentissage ne nous est venue qu’après ! Les lieux spécialisés dans l’apprentissage de l’anglais sont légion mais nous avons très rapidement réduit les possibilités à 3 :

 

  • Les Etats-Unis (en particulier la Californie ou la Floride) et leur American Way of Life
  • Hawaii et ses plages de rêve
  • L’Australie et ses contrées sans fin

 

Le deuxième élément qui a influencé cette décision fut le lieu géographique : nous étions disponibles dès janvier-février, et nous préférions avoir un endroit où les températures sont clémentes à cette période. Déjà pour cet aspect, la Californie perd de son intérêt de part sa position relativement haute sur l’hémisphère Nord – et donc plus froid à cette période ! Mais puisque Hawaii ou la Floride bénéficient d’un climat relativment chaud tout au long de l’année, on peut dire que cet élément n’a pas été déterministe pour notre choix final et a sutout servi à éliminer des pays tels que la Grande-Bretagne ou autre pays anglophone du « Nord » (bien que, reconnaissons-le, le Canada était aussi une option envisagée et plausible pour nous… :P)

 

En fait, le principal argument en faveur de l’Australie vient de sa région sur le globe qu’aucun de nous n’a eu le loisir de visiter jusqu’ici ! A nous deux, nous avons déjà eu la chance de découvrir des continents tels que l’Amérique, le Nord de l’Afrique et une un certain nombre de pays européens… mais nous n’avons jamais posé les pieds en Océanie, pas plus qu’en Asie !

 

PinWorld

Et c’est ainsi que notre choix final s’est porté sur l’Australie ! Mais l’Australie, c’est grand… et les villes pour apprendre l’anglais y sont nombreuses… alors ou aller ? Les Classiques Sydney ou Melbourne ? Les très recommandées Brisbane ou Perth ? Non… Après avoir étudié de notre côté les différentes possibilités, c’est la petite ville nordique de Cairns qui nous enchantait le plus ! Sa proximité avec la forêt tropicale et la grande barrière de corail ainsi que son climat tropical nous ont poussés à choisir cette destination en prenant le contre-pied de ce que beaucoup de gens nous conseillaient.

 

Dès lors se posait la question de la date de début d’école. Mars ou juin, pour nous permettre de suivre un cours d’une durée de 3 mois débouchant sur l’examen CAE (Certificate in Advanced English). La saison des pluies sévissant à Cairns jusqu’au mois d’avril environ, nous avons opté pour les cours de juin à août.

 

Puisque nous sommes libres de nos obligations professionnelles dès le mois de février prochain, nous avons articulé notre voyage autour des dates fixées par l’école en prenant en compte le meilleur climat possible pour chaque région visitée. Ainsi, nous partirons à la découverte de l’Asie de mars à mai, puis nous nous rendrons à Cairns pour tenter d’y décrocher un Advanced, et nous continuerons par explorer les régions australiennes manquantes d’août à octobre. Pour finir, nous nous sommes permis de prévoir un court séjour à Dubaï pour couper le long et déprimant trajet de retour 🙂

 

Sur le papier, ça donne ça.

 

Le voyage dans son intégralité !

 

Pour l’instant, nous n’avons qu’une maigre idée des escales que nous allons effectuer et ne connaissons que l’itinéraire grossier de notre voyage. Puisque nous avons dû réserver nos ‟principaux” vols d’avion, nous connaissons également le nombre de jours que nous devons respecter entre deux grosses escales.

 

En Asie, nous aimerions visiter les endroits suivants :

  • Le Viêt Nam
  • Le Cambodge
  • La Thaïlande
  • La Malaisie
  • Singapour
  • Bali

 

Nous avons estimé que cette traversée, pour laquelle nous ne devrions prendre l’avion qu’entre Singapour et Bali, nous prendrait 60 jours. Deux mois que nous avons déjà plus ou moins répartis… Environ deux semaines au Viêt Nam, une petite semaine au Cambodge, deux à trois semaines pour la Thaïlande, une semaine en Malaisie, quelques jours à Singapour et le reste à Bali !

 

Tel est notre projet pour la partie Asie 🙂

 

Escales asiatiques

 

Pour l’Australie, l’aventure a été divisée en 4 parties :

  1. Rejoindre Cairns, lieu de notre école, en passant par Darwin et Alice Springs
  2. Durant les 3 mois d’école, nous essayerons de faire le maximum de choses dans la région de Cairns (Daintree, barrière de Corail)
  3. Nous nous rendrons ensuite à Sydney probablement avec un Camper Van, puis à Adelaïde toujours par voie terrestre (voiture ? bus ? camper van encore ? we’ll see !)
  4. Depuis Adelaïde, nous nous rendrons à Perth par les airs. Là-bas, nous aurons une dizaine de jours pour explorer les environs et ainsi clôturer en beauté notre séjour austral avant de prendre le chemin du retour, avec une dernière escale de trois jours à Dubaï !

 

Image1

 

Voici, en gros, ce que donnera notre voyage !

 

Bien entendu, nos têtes grouillent déjà d’idées d’activités à faire à chaque arrêt, mais ceci sera peut-être l’objet d’une autre note !

 

A bientôt !

 

Petite anecdote de fin d’article : au départ, nous prévoyions de visiter ces pays dans un tout autre ordre… commencer par l’école au Nord de l’Australie en mars, puis visiter le reste du pays entre juin et août et finir par l’Asie jusqu’en octobre. Les plus connaisseurs auront noté que cette solution aurait paru délicate sur à peu près tous les points : à Cairns, la saison des pluies sévit jusqu’en mars et, pire, des méduses potentiellement mortelles y séjournent jusqu’au mois de mai ; l’hiver austral, avec ses températures froides bien que plus chaudes qu’en Europe, s’installe durant l’été européen ; et les mois d’août à octobre sont propices à l’arrivée d’ouragans dans le Sud de l’Asie. Lorsque nous avons pris connaissance de ces éléments météorologiques, autant vous dire que nous avons rapidement changé notre ordre ! 😉